Les pêches électriques d’inventaire

En 2016, 9 pêches électriques d’inventaire ont été réalisées sur le domaine de gestion de l’AAPPMA du Livradois, respectivement sur le bassin versant de la Dore (8 stations) et de l’Ance du Nord (1 station).

La carte de localisation de chaque station

Station 9 : L’Ance du nord

L’Ance est fidèle aux années précédentes avec une qualité excellente.

Le peuplement piscicole est très proche du modèle et seule la loche franche n’a pas été inventoriée. On notera que l’ombre commun est présent mais nous sommes en limite de répartition de l’espèce.

La population de truite est très dense (2290 truites fario/ha contre 1300 attendues) mais la structure de la population montre un déficit en juvéniles de l’année. Les conditions climatiques de 2015 et l’hydrologie de début d’année 2016 (faible niveau d’eau en 2015 et fortes précipitations de début d‘année 2016) ont probablement été défavorables à la reproduction comme sur l’ensemble du département.On ajoutera que les conditions de pêche n’étaient pas optimales (turbidité), il est possible que certains juvéniles n’aient pas été capturés. Globalement la station est en parfait état et la gestion patrimoniale est à poursuivre.

Stations 1, 2 et 3 : La Dore

La Dore est globalement de bonne qualité sur la partie Amont. Le seul bémol est la présence d’espèces d’étangs (poisson chat, perche, etc…) sur les 3 stations.La présence d’ombres communs au niveau d’Ambert (station 3) est encourageante. En effet, suite à l’arasement du seuil des abattoirs, l’espèce peut désormais coloniser le cours d’eau en amont d’Ambert.

Station 5 : Le Vertolaye

l’IPR (indice poisson rivière) est comparable à 2013 et confirme la bonne qualité du milieu. Néanmoins, la note est sanctionnée par l’absence d’autres espèces (Chabot) mais le peuplement mono-spécifique est ici caractéristique de la région et peut être considéré comme naturel.

La population de truites est très dense et assez bien structurée. On remarque tout de même un déficit en juvéniles de l’année qui est probablement lié à l’émergence tardive sur ce secteur (taille des alevins < 30 mm en juillet). Notons que la population ne bénéficie d’aucun soutien d’effectif (gestion patrimoniale). On insistera également sur la croissance qui est ici très lente et explique le peu de poissons maillés.Le Ruisseau est en très bon état et la préservation de l’existant est essentielle. Des petits dégâts liés au piétinement bovin pourraient être évités dans la vallée.

Station 4 : Le Carcasse

Le Carcasse est également de bonne qualité avec une bonne densité de truites (2000 truites fario/ha) qui est conforme au référentiel théorique.

L’étude de la structure de la population montre un déficit en juvéniles qui s’explique en partie par les niveaux d’eau faibles en 2015 qui ont certainement été préjudiciables pour la reproduction.On notera également le faible nombre d’individus capturables qui est probablement lié à la pression de pêche.

Station 6 : Le Minchoux

l’IPR (indice poisson rivière) est médiocre, La note est sanctionnée par un peuplement mono-spécifique ce qui est fréquent en tête de bassin dans notre région. Globalement la station est de bonne qualité.

Station 8 : La Faye

Le peuplement est éloigné du modèle théorique. Néanmoins, l’IPR reste de bonne qualité grâce à la présence d’espèces sensibles caractéristiques (chabot, truite fario, lamproie de planer). La population est destructurée et difficile à expliquer. Ceci est peut être lié à des déversements. On notera tout de même un déficit en juvéniles de l’année et en juvéniles d’un an.

Globalement, la densité de truites est faible (874 truites fario/ha observées pour 2600 truites fario/ha attendues) pour le secteur.

Station 7 : Le Miodet

L’IPR est médiocre, il est pénalisé par la sous-représentation des espèces rhéophiles et lithophiles et un nombre total d’espèces trop faible (8 espèces attendues contre 3 présentes). Toutefois, il convient de minimiser cette classe de qualité car d’après les données bibliographiques, le chabot n’a pas été recensé sur ce bassin versant alors qu’il a une forte probabilité de présence (p > 0.5) dans le modèle IPR.

Ceci étant, le peuplement reste éloigné de celui que l’on devrait trouver. Les densités de poissons sont faibles par rapport aux valeurs théoriques avec un ratio de l’ordre de 4 pour la population de truites (1195 truites fario/ha au lieu de 5200 ). On soulignera également une densité de truites juvéniles inférieure au référentiel (598 individus/ha au lieu de 1200 ). Ce déficit est à corréler avec le faible niveau d’eau en 2015 et les précipitations de début d‘année 2016.

L’ensablement important de la station explique probablement le déficit de diversité constaté (les habitats ne sont pas suffisamment biogènes). On notera également sur le bassin versant un cloisonnement important (nombreux seuils) et la présence de terrils argentifères qui ont certainement un rôle non négligeable sur le bon fonctionnement du milieu.

L’AAPPMA du Livradois remercie toutes les personnes qui ont pris part à ces journées parfois longues et pénibles mais nécessaires et intéressantes pour une connaissance la plus fine possible du peuplement et de la qualité des cours d’eau dont nous avons la gestion (techniciens, administrateurs fédéraux, bénévoles d’AAPPMA(S)…sans qui rien ne serait possible).

A nous de ne pas laisser ce travail sans suite.

Christian Espy