Pêches électriques sur la Dore

p1090153Vue du pont du Merle

Dans le cadre du contrat territorial Dore amont, le SIVOM a mandaté la Fédération départementale de pêche pour la réalisation de deux pêches électriques sur la Dore. Les deux sites choisis sont le pont de Merle à Mayres et l’amont de l’ancien barrage au niveau du plan d’eau d’Ambert.

Ces deux pêches ont permis un état des lieux qui sera suivi sur la durée du contrat de 5 ans. Elles permettent d’évaluer le milieu à travers l’évolution des populations.

p1090141Au pont du Merle, la faible largeur de la rivière a permis une pêche d’inventaire qui couvre toute la surface de la station à deux reprises. Sur les 120 mètres de linéaire, les techniciens, épaulés par des membres de l’AAPPMA, ont recensés:

40 chabots

140 truites dont 11 poissons de plus de 20 cm

Truite Une jolie truite de la DorechabotsLa belle robe du chabotp1090147Une perlide albinos

La densité de 2683 truites à l’hectare est très correcte malgré un manque de juvéniles. Ce constat n’est pas particulier à la Dore. L’hiver sec ayant empêché les truites de remonter sur les frayères, la reproduction en 2016 est médiocre sur toute la région.

 

A Ambert, la largeur de la Dore ne permet pas une pêche d’inventaire. Les techniciens ont pratiqué une estimation ponctuelle d’abondance (pêche par points).p1090179p1090160 La Dore à Ambert

Sur 340 mètres de linéaire, 75 points GPS enregistrés permettront la comparaison avec les pêches electriques futures.

Le secteur étudié va de l’amont de l’ancien barrage d’Ambert à l’amont de la passerelle du plan d’eau.

Biométrie p1090064p1090131p1090067La biométrie

La très bonne surprise vient du bas du secteur où des courants ont remplacé l’ancienne retenue. Toutes les espèces de première catégorie sont très bien représentées. Truites, chabots, vairons, goujons, loches et mêmes plusieurs ombres communs ont colonisé les fonds nettoyés depuis l’arasement de la retenue.

Ombre communUn ombret issu de reproduction naturelle

VandoiseGoujonLocheChevesne Vandoise, goujon, loche et chevesne.

L’amont de la passerelle, plus plat, est moins poissonneux mais présente peu d’espèces indésirables.

p1090158L’écrevisse de californie est une espèce invasive

Ces résultats encourageants seront à vérifier sur les 5 ans à venir mais confirment que les espèces de première catégorie reprennent le dessus lorsque le milieu n’est pas dégradé.

CB